Qui est en ligne

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne

Social Links

    Choix de la langue

    vendredi 18 août 2017
    • 57330022.jpg
    • 57350030.jpg
    • 57350036.jpg
    • Moi-Jacob-Selection-4.jpg
    • Moi-Jacob-Selection-5.jpg
    • Moi-Jacob-Selection-10.jpg
    • Moi-Jacob-Selection-12.jpg
    • Moi-Jacob-Selection-13.jpg
    • Moi-Jacob-Selection-14.jpg
    • Moi-Jacob-Selection-15.jpg
    • theatre-22-950x360.jpg
    • theatre-51-950x360.jpg
    • theatre-86-950x360.jpg
    • theatre-88-950x360.jpg

    Fil de navigation

    Le Blog de Fernand PRINCE

    This is some blog description about this site

    Posté par le dans Poèmes

    Ne pas finir, pour mieux commencer,

    Cette adresse, vouée à louer

    Les charmes dont tu es douée,
    Et les grâces par ton corps élancé,
     
    D’une tendresse infinie se trouve inspirée.
    Pour mieux te conter le règne qui te sied,
    Du vertige qui m’anime serais-je grâcié ?
    Orné d’atouts maîtres, ivresse tant désirée,
     
    O bonheur qui me noie, rayon d’espoir enfin,
    Annonce aux loges, une princesse avenante.
    En l’espace scintille son aura lancinante,
    Dont elle rayonne rayonne rayonne sans fin.
    Lectures : 1088
    0

    Posté par le dans Poèmes

    La rive cerne mon regard, l’attente a fait son temps.

    On cherche plus en cherchant plus. On se perd,
    En pure perte. On sème pourtant l’envie. S’en faire ?
    C’est l’ennui version jour sans, comme autant
     
    D’escales sans raison, de raisons sans passion.
    A tour de rôle, j’invite au retour de plume

    Cette blanche page, écran de mes nuits sans

    Rimes désaccordées, au mieux se parfument,
     
    O senteur par les bois fleuris, amazone sans frontières,
    Tu m’environnes peu à peu, m’inspires de plus en plus,
    Etoile au firmament, règne en son royaume, fière
    D’être la reine tu es, sans peine, je nomme ma Muse.
     
    b2ap3_thumbnail_Black-and-white.jpg
    Lectures : 1102
    0

    Posté par le dans Poèmes

    Enfermé dans la tour de ma solitude,

    Un rayon d’espoir me promettra béatitude
    Quand le souffle de tes lèvres rivalisera enfin
    Avec les murmures de mon esprit félin.
     
    Sauvage sera mon reflet passant
    De moi à toi, j’oserai monter
    Au sommet d’élégance entêtée
    Qui sied si bien à ton corps dansant.
     
    La lumière s’éveillera au regard d’un jour radieux.
    Brilleront alors tes yeux au-delà des cieux.
    Mais bercé sera mon désir à l’approche
    Du premier baiser, comme une broche,
    A mes sens rivée en tous lieux.
    Lectures : 1094
    0
    Bienvenue